RECONSTRUIRE UNE ÉQUIPE, truc, guides et idées

 

On connaît presque tous ce scénario, on se joint à une ligue et les seules équipes disponibles sont celles qui ont besoin d’une reconstruction majeure prenant beaucoup de temps et de patience afin de les rendre respectables et compétitives.  Suis-je de taille pour le défi?  Et bien, c’est à souhaiter, en lisant ceci, que vous allez obtenir de bons trucs et idées afin de construire une très bonne équipe de la FHL.

Il existe deux façons de reconstruire une équipe, la route longue et patiente, ou le chemin des transactions, essayant constamment d’ajuster et d’améliorer votre équipe avec chaque transaction.  Nous allons analyser chacune des routes et essayer de vous donner des conseils afin de réussir. Reconstruire peut représenter différentes choses pour différentes personnes, mais le but est toujours le même, de devenir compétitif.

 

Reconstruire de façon prudente

Il est possible de choisir le chemin de la patience et de la constance, prenant quelques saisons afin de vous construire une bonne base de joueurs avec laquelle vous pouvez avancer ou commencer à transiger.  La clé pour bien construire progressivement est de faire des bons choix de repêchage, et de les GARDER, de les stocker.  Dans presque toutes les ligues NHL, les choix de repêchages ont une très grande valeur. Accumulez-les autant que possible, et, lors du repêchage, leurs valeurs augmenteront.  Comment bien choisir ?  Et bien, la plupart des prospects ne perdent pas leur lustre avant 3-4 saisons, et ils peuvent encore être considérés comme des tops prospects malgré le fait qu’ils n’arrivent pas à percer l’alignement de club NHL.  Il est difficile, en effet, de faire un mauvais choix lors des premières rondes, mais ce sont les dernières rondes qui différencient les DGs élites de ceux qui n’ont qu’une maîtrise limitée.  Il est mieux, si vous choisissez de reconstruire graduellement, d’opter pour des jeunes prospects plutôt que des plus vieux non choisis par les autres DGs.  Un bon truc serait de choisir des prospects venant des équipes populaires de la vrai NHL (voir les Canadiens, les Maple Leafs ou l’Avalanche) car plusieurs DGs optent souvent pour des joueurs qu’ils aiment, surtout s’ils ont une assez bonne saison.


Les agents libres (UFA) varient d’une ligue à l’autre et c’est difficile d’écrire un plan général sur la meilleure façon de les utiliser lors d’une reconstruction.  Quelques ligues ont des restrictions sur les transactions impliquant les UFAs.  Mais les UFAs peuvent être bien utilisé afin de reconstruire.  En signant des UFAs de qualité, vous pouvez les échanger pour des jeunes/choix.  Ils constituent essentiellement une occasion d’obtenir des joueurs et des échanger afin d’avancer dans votre parcours de reconstruction.  Vous pouvez aussi utiliser les UFAs pour vous aidez à progresser à un plus haut niveau de compétition. Un DG dans la BRHL (Columbus) avait bonne équipe qui n’était cependant probablement pas prête pour les séries.  Après trois longues années de reconstruction, il décida d’opter pour une pièce du puzzle que son équipe n’avait pas, un gardien élite.  Elle signa Eddie Belfour à un contrat raisonnable et il les amena aux séries.  Sans Belfour, le gardien partant aurait été Robert Esche (qui était à une année de devenir numéro un).  Maintenant avec Esche et Ouelette, Les Blue Jackets ont pu facilement échanger Belfour à une autre équipe et continuer à améliorer leur équipe.  Utiliser les UFAs afin d’améliorer votre base de prospects/choix s’avère une très bonne façon de reconstruire votre équipe.


Reconstruire via le chemin des échanges:

La reconstruction peut théoriquement s’effectuer plus rapidement si vous êtes très actifs avec vos échanges.  Pour ce faire, vous devez avoir le dessus sur la majorité de vos échanges, sinon vous êtes en train de marcher à reculons.  Comment effectuer des transactions avec les chaudrons de vos équipes ?  Si vous avez un ou deux jeunes, gardez-les, mais n’hésitez pas d’échanger des vétérans de valeurs, combinez-les s’il faut, afin d’obtenir des prospects/choix.  Vous pouvez réutilisez ces prospects/choix plus tard afin d’obtenir des joueurs en pleine ascension.  Les règles particulières d’une ligue vont déterminer la route que vous allez choisir donc il est très important de les connaître par cœur, vous permettant de savoir quelles équipes sont en difficulté avec le cap et quelles vont perdrent plusieurs joueurs  au marché des agents libres.  Souvent lors d’un processus de reconstruction on voit une équipe se débarrasser de ses vétérans et échanger des prospects/choix pour des joueurs établis qui ont encore plusieurs bonnes années avant eux.

 

Essayez de cibler les équipes avec des faiblesses évidentes (même si elles sont quand même compétitives) et tentez de combler leurs manques en même temps que les vôtres.  Analysez chacune des équipes, déterminez ce qu’ils ont besoin, ce qu’ils vous offriront (probablement) et déterminez si cela vaudrait la peine.  J’ai déjà conclu trois échanges pour finalement obtenir ce que je voulais vraiment.  Quelquefois c’est correct de perdre un peu sur un échange si cela vous permet de gagner gros sur une autre.  Les échanges sont le cœur et l’âme des ligues FHLs. Les repêchages et le marché d’agents libres sont importants, mais les échanges vous mettent en position de pouvoir.  Il n’est peut-être pas toujours possibles d’être actifs, mais n’oubliez pas le dicton : « Premier arrivé, premier servi ». Si un DG affiche un joueur que vous voulez sur le babillard, faites une offre immédiatement. Soyez le premier et tentez de conclure avant que les autres aient le temps de réagir.

Quelques trucs:

Voici quelques trucs supplémentaires qui pourront vous aidez pendant la reconstruction.  Je ne prends jamais de nouvelles équipes à moins quelles soient des projets majeurs de reconstruction.  Je trouve qu’une des meilleures façons d’améliorer mon équipe est d’échanger mes joueurs de piètre valeur pour ceux qui n’ont pas encore une bonne valeur mais qui ont le potentiel de débloquer.  Normalement je tente d’identifier 10 à 15 joueurs qui vont débloquer et je tente d’en obtenir quelques uns.  Peut-être qu’il n’y en aura que 2 ou 3 qui vont débloquer, mais cela vaudra sûrement les chaudrons que j’ai donné en échange.  Comment identifier ces joueurs avec du potentiel?  Souvent ils ont quelques éléments qui surpassent la norme ou tout simplement une position s’ouvre pour eux dans vos clubs.  Oui, il y a un élément de risque avec cette stratégie et parfois on se trompe  (Lee Goren, Travis Roche, Ivan Novoseltsev), mais parfois non (Andrew Raycroft, Raffi Torres, Ty Conklin). 

 

Souvent lorsqu’une équipe se trouve en difficulté financière, elle va se débarrasser de joueurs établis, et si vous pouvez les obtenir pour peu, vous allez peut-être être capable de les échanger à des clubs en quête d’une coupe (leur valeur augmente à l’arrivée des séries et ils ne vous auront coûté que leurs salaires pour cette saison).  Je ne vous suggère pas d’obtenir trop de ces joueurs car vous allez peut-être rester pris avec et ils coûtent cher, mais quelques uns vous permettront de les échanger pour une plus grande valeur que ce qu’ils vous auront coûté.

 

D’autres opinions sur la reconstruction:

Dans une ligue j’ai commencé avec une 1re ligne de Jason Wiemer, Brett Lysak and Milan Bartovic en 2000 et je n’avais pas de défense : mon meilleur def était Marek Malik et j’avais un gardien UFA……7 saisons plus tard ( à 2 saisons par année) ma 1re ligne se composait de Ilya Kovalchuk - Steve Yzerman - Martin St. Louis, en plus de Heatley, McAmmond, Calder, Reinprecht, etc., des bons defs (Marek Malik, Filip Kuba, Nathan Dempsey) et mes gardiens sont Burke, Cloutier, Ryan Miller et Mikael Tellqvist)

 

1. La patience EST la clé, surtout si vous n’avez pas grand-chose à échanger.  J’ai transformé Roman Turek et son statut d’UFA en trois « salary dumps » : Luc Robitaille (qui était encore un joueur de qualité à ce moment), Sean Burke et Tie Domi. J’ai échangé Robitaille (après une saison) en Roman Cechmanek, Andy Delmore et un 1er choix ; Burke se transforma en Cloutier et Nylander (j’ai réacquis Burke et obtenu Yzerman, McAmmond et Shayne Corson lorsqu’une équipe à fait faillite et était obligée de se débarrasse de ces joueurs pour presque rien) ; Domi se transforma en Michael Ryan (un prospect de Dallas, maintenant avec Buffalo je crois) et un choix de mi-chemin.  Cela a pris 7 saisons et 3 années à transformer mon club en une équipe de séries.  La plupart des clubs ne sont pas si dévastés, mais vous comprenez sûrement ce que je veux dire.

 

2. Fidélité.  Surtout lorsque la ligue existe depuis quelques années, vous devez tenir le coup.  Vous ne pouvez vous attendre de transformer votre club en une saison.  Certaine ligue favorise une reconstruction plus rapide en imposant un cap stricte mais il faut tout de même de la patience.

 

3. Encore de la patience.  N’ayez pas peur de perdre pour une saison ou deux.  Vous allez probablement devoir échanger de bons joueurs pour des prospects, surtout la première saison.  Ceci est important.  Amasser de jeunes joueurs, quelques plus vieux et des Euro recrues, ceci aidera énormément votre équipe.

 

4. N’ayez pas peur de prendre des chances (repêchage ou échange).  Andy Delmore m’a aidé pour quelques saisons sur certains niveaux, mais Martin St. Louis pourrait gagner le trophée Hart cette année.  La plupart des clubs choisissent des joueurs qui ont eu une bonne saison et payent très cher pour ceux-ci. Essayez d’obtenir des joueurs qui pourront obtenir plus de temps de glace dans le futur (même s’ils ne sont peut-être pas présentement prêts).  Vous les obtiendrez pour moins cher que lorsqu’ils deviendront des étoiles de la ligue. Et, s’ils ne se développent pas comme vous le souhaitez, ils ne vous auront pas coûtez cher.

 

5.  Essayez de cibler des équipes et des DGs faibles.  Examinez leurs alignements, déterminez leurs manques et tentez de leur offrir des morceaux manquants.  Visez-les surtout s’ils ont de la difficulté à contrôler leur masse salariale, mais n’oubliez pas que chaque joueur que vous obtenez ajoute à la vôtre.

 

6.  Soyez courtois et amusez-vous.  Ca va être difficile de bien reconstruire.  Ayez confiance en vos habilités mais rappelez-vous que ça va prendre du temps.  Vous n’allez pas vous accorder avec tous les DGs de la ligue, mais prenez quand même le temps de parler hockey avec eux. Rappelez-vous que ce n’est qu’un jeu et qu’avec un peu de temps et d’effort, vous allez peut-être devenir champion.

 

Eric Dolegowski, BRHL Co-commish

« Lorsque j’ai pris en charge mon équipe, je n’avais pas le choix que de reconstruire.  J’ai bien pris le temps d’analyser mon équipe et j’ai établit les démarches que je devais prendre. J’ai établit mes besoins et un horaire/date d’échéance raisonnable. J’ai commencé par les besoins plus urgents sans me virer des étapes futures nécessaires.  Je me suis décidé sur l’identité voulu de mon club et je n’ai jamais perdu de vu les critères que je m’avais établi lors de mes transactions etc. Je ne suis pas le DG le plus actif et je ne suis qu’au mi-chemin de ma reconstruction (2 années).  Les joueurs qui représentent l’identité de mon club n’ont constitué qu’une petite partie de mon club au début, mais ils en constituent la majorité en ce moment. Je ne transigeais que pour des joueurs qui correspondaient avec l’identité de club que je tentais créer.  Je me suis assuré de toujours progresser, et je n’hésitais pas à transiger pour pouvoir faire une deuxième transaction, mais je m’assurais de ne reculer que pour mieux avancer dans les transactions. »

Jesse Vansickle, EFHL commish

« La patience est très importante.  Ne soyez pas désespérés et ne vous tirez pas dans le pied.  Si vous êtes en train de reconstruire, utilisez vos composants sagement.  Prenez avantage des équipes en difficultés financières (salary dumps).  Dans une ligue, j’ai obtenu Geoff Sanderson et Steve Konowalchuk pour des choix de 3e et 5e ronde.  Je l’ai gardé pour un certain temps, refusant des offres sans valeurs, pour finalement obtenir Tomas Vokoun et un choix de 1re ronde. DE LA PATIENCE. »